En 1 clic

  • Agenda
  • Bibliothèque
  • Newsletter
  • Réunions
  • Participez
  • Connexion

Déplacements et urbanisme : le couple indissociable d'une politique d’écomobilité et de développement durable

Impacts environnementaux, sanitaires, économiques, déstructuration de la ville, impacts sociaux, on mesure mieux aujourd'hui la complexité de la question des déplacements et son lien particulier avec l'organisation de la ville.

Pourquoi travailler sur ces deux aspects ?

Depuis plusieurs dizaines d'années, les collectivités territoriales françaises ont massivement investi dans les transports en commun pour lutter d'abord contre :

  • l'engorgement des villes
  • les impacts environnementaux (pollution locale, puis globale, problèmes de bruit) et
  • les consommations énergétiques insupportables pour la société française dépendante pour ses déplacements des carburants d'origine pétrolière
  • les impacts sanitaires (problèmes respiratoires, cardiovasculaires, neurologiques, etc…) voire de mortalité pour les populations exposées (en particulier les plus fragilisées, âgées ou jeunes), liés aux déplacements motorisés.

Mais l'allongement des distances, l'occupation de l'espace public par les infrastructures routières, la structuration de la ville autour d'un accès majoritairement automobile s'accompagnent également :

  • d'incidences financières majeures sur les ressources publiques et le coût du foncier
  • d'un allongement toujours plus grand des distances domiciles-travail pour les populations, à la recherche précisément d'un foncier moins onéreux.

Quels leviers pour mettre en place une éco-mobilité ?

Le développement durable invite avant tout à se préoccuper des causes et chercher à répondre à l'origine des problèmes constatés en matière de déplacements. Par ailleurs, il invite à travailler dans une large concertation permettant l'implication des acteurs et leurs appropriation des dispositifs.

Ainsi, un travail de fond sur l'urbanisme débouche dans cet esprit sur :

  • une recherche constante d'une densité renforcée et d'une mixité des fonctions de la ville. La proximité aux différentes activités des populations importantes contribue inévitablement à réduire les déplacements motorisés.

  • le développement des transports en commun, venant dans un second temps, pour offrir une alternative crédible (rapide, peu onéreuse, sûre, confortable, moderne) aux déplacements automobiles. Il doit nécessairement s'accompagner d'une information et d'une véritable sensibilisation de masse des populations pour faire connaître et changer les pratiques des usagers jusqu'à présent dépendants de la voiture.

La réussite de ces travaux reposent sur des éléments de planification élaborés en concertation avec les gestionnaires des déplacements et de l'aménagement de l'espace, mais aussi avec les populations dans une démarche de concertation, support d'enrichissement du projet et meilleure garant de réussite des solutions finalement retenues.

 

Contact Auvergne-Rhône-Alpes Énergie Environnement : Laurent COGERINO – laurent.cogerino[AT]auvergnerhonealpes-ee.fr
 

[mise à jour : août 2015]

EN LIEN AVEC LE SUJET

Acteurs

  • Agence Écomobilité, Association, Créée en septembre 2001, l’Agence Ecomobilité a pour but la promotion des alternatives à l’auto-solo. Elle a pour mission la promotion sur l’ensemble du département de la Savoie des modes de déplacement des personnes et des biens qui respectent au mieux les principes du développement durable. Pour cela, l’Agence favorise, encourage, diffuse, aide à lancer ou organiser elle-même de nouveaux outils ou modes de déplacement ou de nouvelles approches de l’usage des moyens de transports existants. Elle gère la Vélostation de Chambéry, anime les Plans de Déplacements en Entreprise (PDE), met en place les Plans de Déplacements en Etablissements Scolaires (PDES) met au point divers outil méthodologiques basés sur une participation interactive et anime des rencontres sur le thème de la mobilité.
  • ALEC 42, Association, L’Agence locale de l’Energie et du climat de la Loire, a été créée en avril 2005 par le Conseil Général de la Loire, le SIEL et HELIOSE dans le cadre d’un appel à projet européen. L’ALEC 42 accompagne les porteurs de projets de maîtrise de l’énergie et d’énergies renouvelables dans le secteur du logement collectif, de la haute qualité environnementale, des entreprises, du transport (déplacement, biocarburants). Elle intervient sur les aspects énergétiques liés à l’urbanisme (PLU, aménagement de zones). L’ALEC 42 développe des partenariats européens sur ces sujets.

Tous les acteurs