En 1 clic

  • Agenda
  • Bibliothèque
  • Newsletter
  • Réunions
  • Participez
  • Connexion

Les véhicules alternatifs, dits « propres »

L'obligation, lors du renouvellement des flottes publiques, d'acquérir un certain nombre de véhicules propres est désormais inscrite dans différents textes de loi français depuis la loi LAURE (1996) et la toute récente loi sur la transition énergétique (2015).

Comment avancer ?

Avec la reconnaissance prédominante de la place des transports dans les émissions globale de gaz à effet de serre, il est possible de réfléchir à s'équiper avec différents carburants ou motorisations alternatifs  comme par exemple des véhicules électriques ou des véhicules hybrides, du GNV ou du biométhane, du superéthanol (E85), du B30 ou des huiles végétales pures (HVP) pour les collectivités exclusivement.Néanmoins, dans l'offre existante, les carburants/véhicules alternatifs doivent absolument être replacés dans leur contexte et à leur juste place.

  • Une réduction des besoins de mobilité passe d'abord par une prise en compte du développement durable dans l'aménagement du territoire : c'est ce travail en amont sur les causes et besoins de déplacement qui permettront à terme de réduire de façon pérenne et significative les déplacements motorisés individuels.

  • Dans le même temps, il est indispensable d'optimiser l'existant (les lignes de transports en commun par exemple), les ressources financières des territoires étant aujourd'hui très limitées. La planification et les démarches volontaires sont une voie permettant de travailler avec l'ensemble des parties concernées et sur les gros générateurs de flux de déplacement en mettant en œuvre concrètement des alternatives pratiques, séduisantes, compatibles et rapides de transports.

  • L'éco-conduite (conduite douce), le choix d'un véhicule économe, le co-voiturage et l'auto-partage sont de même autant de façons de contribuer à la réduction des déplacements motorisés individuels et à leurs impacts négatifs.
  • Enfin, l'utilisation des carburants/véhicules alternatifs est une façon bien réelle, si la voiture doit demeurer un mode de transport indispensable, de réduire ses impacts, tout en s’assurant du respect d’un cahier des charges environnemental.

  • Téléchargez les 5 cahiers sur les carburants et motorisations alternatifs
    à destination des élus et gestionnaires de flottes de véhicules.

Ils présentent quelques-uns des principaux éléments techniques, économiques ou environnementaux à connaître pour se positionner en matière de carburants ou motorisations alternatifs.

80 expériences remarquables en Europe

Ce travail propose une cartographie de 80 expériences remarquables en Europe et comprend la description des expériences menées en matière d'organo-carburants, de biogaz et de GNV, de véhicules électriques et hybrides et de véhicules à hydrogène.
  taille du fichier : 37 ko

 

 

Contact Auvergne-Rhône-Alpes Énergie Environnement : Laurent COGERINO – laurent.cogerino[AT]auvergnerhonealpes-ee.fr
 

[mise à jour : août 2016]

EN LIEN AVEC LE SUJET

Acteurs

  • Agence Écomobilité, Association, Créée en septembre 2001, l’Agence Ecomobilité a pour but la promotion des alternatives à l’auto-solo. Elle a pour mission la promotion sur l’ensemble du département de la Savoie des modes de déplacement des personnes et des biens qui respectent au mieux les principes du développement durable. Pour cela, l’Agence favorise, encourage, diffuse, aide à lancer ou organiser elle-même de nouveaux outils ou modes de déplacement ou de nouvelles approches de l’usage des moyens de transports existants. Elle gère la Vélostation de Chambéry, anime les Plans de Déplacements en Entreprise (PDE), met en place les Plans de Déplacements en Etablissements Scolaires (PDES) met au point divers outil méthodologiques basés sur une participation interactive et anime des rencontres sur le thème de la mobilité.
  • ALEC 42, Association, L’Agence locale de l’Energie et du climat de la Loire, a été créée en avril 2005 par le Conseil Général de la Loire, le SIEL et HELIOSE dans le cadre d’un appel à projet européen. L’ALEC 42 accompagne les porteurs de projets de maîtrise de l’énergie et d’énergies renouvelables dans le secteur du logement collectif, de la haute qualité environnementale, des entreprises, du transport (déplacement, biocarburants). Elle intervient sur les aspects énergétiques liés à l’urbanisme (PLU, aménagement de zones). L’ALEC 42 développe des partenariats européens sur ces sujets.

Tous les acteurs